La maison des esclaves et les pirogues qui partent

Ce matin nous sommes allés à la maison des esclaves, à Agbodrafo. C’était là où les esclaves attendaient leur bateau pour aller en Amérique où ils étaient emprisonnés. On les séquestrait dans une cave, dont la hauteur faisait 1m50, ils pouvaient pas se tenir debout. Ils pouvaient rester là plusieurs semaines, même des mois, ils étaient enchaînés aux poignets et aux pieds. Dans la cour il y avait un manguier magnifique mais ce n’était pas la saison. On est ensuite passés au puit des enchaînés.

Après le puit des enchaînés nous avons enfin trouvé un bar où on nous a prêté des assiettes. J’ai mangé du porc, des saucisses de tripes et des boules gari, qu’Irène avait acheté au bord de la route. Ce sont des boules faites à partir de manioc râpé et de bouillon de viande.

En fin d’après midi nous sommes allés regarder les pirogues des pêcheurs qui partaient en mer. Ils pêchent toute la nuit, parce que c’est là où il y a le plus de poisson.

Recette des boules de Gari (d’Irène)

  • Râper du manioc, le faire cuire à sec dans une poêle. Il doit être bien mou.
  • Ajouter du jus de viande (celle de la viande qu’on fait cuire pour l’accompagnement, ici c’était de la poitrine de porc). On le mélange avec une spatule pour former des boules.
  • On le mange avec les mains avec un peu de piment et la viande.

Photos (cliquez sur la photo pour agrandir)

La maison des esclavesLa maison des esclaves, avec de grandes et belles pièces et une terrasse pour les négriers.
Gabriel dans la caveDans la cave s’entassaient les esclaves en attente de leur départ en bateau
Le manguierLe magnifique manguier devant la maison des esclaves
Pique-niqueOn pique-nique au bord de la route, dans un bar qui nous a gentiment prêté des couverts. Dans l’assiette de gauche la boule de gari, dans celle de droite le porc, avec tout à droite le petit tas de piment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.